Archive | 6 septembre 2011

Lettre (ouverte) et le néant… pas deux fois siouplait!

Ce mot était paru en Novembre 2007, pas deux fois siouplait !emoticone

Décoiffage : à Mesdames et messieurs les « sociaux lisses »

A tout hasard, je vous adresse ce courrier qui passera sans doute à la poubelle avant qu’on daigne en considérer sans détour l’intégral contenu. Mais bon, le venin sera craché!

A l’occasion de ces dernières échéances électorales, le ch’veu que je suis avait décidé de s’engager dans ce qu’il imaginait être le camp le plus à même de conduire les affaires du pays avec intelligence et humanisme, mais n’est ce pas là, déjà, un pléonasme? C’est que l’augure de l’avènement – qui en résulta finalement – me glaçait, j’espérais bien naïvement qu’on puisse faire « ensemble » (excusez, je pouf!) barrage à l’incongruité de la mégalomanie adverse, cette enflure nostalgique à laquelle une partie de nos concitoyens vient de donner quitus pour qu’il laisse libre cours à sa naturelle fatuité!

Un accueil époustouflé!

Y a-t-il des RG roses? Sans doute! Deux reprises et presque huit mois pour obtenir cette fichue carte! Un jour, le ch’veu fut teint en rose, un parti qui fait tout pour t’accueillir! Epoustouflé!

« Ouf », enfin non, « schpoumf »!

Vint ensuite une invitation presque aussi tardive à se « rencontrer », assemblée unijambiste où les néophytes égarés dont j’étais purent très vite s’atermoyer sur des diaporamas usés aux coudes dont la mise en scène montrait la sempiternelle pyramide néo-libérale avec ses cadres, ses sous-chefs chefs et secrétaires, une engeance dont la cathéchèse paraissait déjà plus que rodée : érodée! En tout cas , en tant que « déferlement de nouveaux adhérents », je situais où nous glissions d’emblée, vers la « base », histoire d’apprendre à se prendre un peu les pinceaux dans les potées de colle à affiche! Que voulez-vous, ici comme ailleurs, il faut faire ses armes, marcher dans les clous (à tapisserie)! Mais ici, on s’affaire aussi à s’offrir le luxe du mépris, se saisir de votre voix plutôt qu’en guise de bienvenue prendre le soin de vous la bien écouter*!

« Télé Chamboule-tout »

Suivirent les débats « démocritiques », un trio « aimable », sorte de « chamboule tout télévisuel » qui fit en trois coups perdants sa couche un peu moins roide à l’adversaire, lui offrant armes et idées, d’autant que ce dernier tirait déjà en background d’autres ficelles que celles de ses propres marionnettes à l’intérieur même du donjon socialisse!

Et puis sans tambour ni trompette, tout à coup la machine s’affola! Ca venait de partout, la fédé, la section, le bureau national, le dépité, le conseiller général en chef, des courriels volaient (bas), autant de flèches empoisonnées, suintant l’hypocrisie, le bidonnage de sondages internes, les appels au meurtre : leur office, derrière des masques grimaçants, les mêmes qui donnaient en pâture aux partisans adverses d’insanes images piégées, fut bel et bien de vendanger avant l’heure la moindre chance de victoire au (à la) gagnant(e) de cette consternante « belle leçon de démocratie(scion) interne »!

Puis puis, la dame blanche a lancé son poltergeist, le pillage participatif! De mystérieux, anonymes et tout puissants « sbires-modérateurs » cherchaient les « pépites » (le mot a été employé) dans les idées de la plébe, « on » s’arrogea de ces dernières et on laissa le reste au rang de la lettre morte, pis, de la fange en le ruisseau d’avanies d’où elles devaient provenir! Idées dilapidées, idées snobées sans que personne finalement ne soit en mesure de savoir en quoi elles étaient moins prenables que certaines autres, aussi brillantes parfois que celle du drapeau tricolore aux frontons de nos pavillons de banlieue!

« Parler la bouche pleine! »

Ah les déjeuners « républicains », la belle histoire sans doute pour mettre un peu de matière grasse (mais pas forcément grise, sinon par la piquette qu’on y sert) dans les épinards des caisses du parti! Personnellement, éducation oblige, j’ai horreur de parler la bouche pleine… J’ai donc préféré commencer à participativer démogratiquement en tentant quelques escarmouches sur le net dans ce blog un peu irrévérencieux, mais juste : il fut extrêmement tardivement lié par des « modérateurs » ci avant mentionnés alors que ma foi il n’y était pas dit que n’importe quoi!

Que dire de plus, la vérité n’est pas facile à regarder en face… Le PS est dévasté et les socialistes n’ont qu’à s’en prendre à eux même! A quoi bon la « démocratie » si on se montre incapable d’accepter la volonté du plus grand nombre! Honte à ceux qui ont trahi, honte à ceux qui ici ont tout fait pour que la candidate, avec ses qualités et ses défauts, ne puisse mener à bien avec toutes les forces requises, sa quête. Honte à elle peut-être d’avoir joué de roueries et d’évitements, d’avoir menti et de s’être présentée sans y être vraiment préparée à cette échéance où elle improvisa beaucoup dans un registre « robolobotomique »!

HONTE, J’AI TROP LA TEHON!

Honte aux traîtres qui ont quitté tout ça à croupetons, dans de sordides tractations, qui parfois même ont servi de taupes pour exposer l’avant-projet à la casse médiatique aux bottes du Trésident Kozy…

Honte à ceux qui à présent cherchent à se remplir les fouilles sur le désastre qu’ils ont provoqué en rédigeant leurs livres assassins dont la droite va encore se gausser! Honte à Jospin qui donne encore des leçons aprés deux échecs dans les conditions qu’on sait!

Tout ça est un somptueux foutage de gueule au peuple que vous prétendiez vouloir protéger du pressoir économico-financier à la solde des blindés de tunes!

J’espère qu’ils seront nombreux ceux qui, comme moi hier soir, donneront un coup de ciseau libérateur pour faire de cette carte, qui ne fleure plus la rose, de simples et insignifiants lambeaux de…. néant!

robert robertson |
Le VP Marie-Victorin |
TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SYNAPCCA
| L'ECRIT D'HYMALET
| Original Pepos Style