Archive | avril 2012

Le switch du trozident ou cris d’orfraie dans l’entonnoir de la discorde!

Dimanche, nous changerons sans doute de président ! Ouf ! Et merci « Francine » ! Enfin merci la dame un peu givrée ou sarkoziste ou les deux qui avait mené contre François HOLLANDE une attaque éclair à la farine lors d’un de ses premiers meetings ! Oui, merci aux minoteries « Francine » ! Ce jour-là, il avait, à rester zen, impassible, juste à se préoccuper de ses notes, comme quelqu’un que sa pensée ne quitte pas pour un nuage blanc au-dessus de sa tête ou au creux des narines, il avait sans doute marqué davantage les esprits que voulaient bien le prétendre quelques goguenards heureux de sauter sur l’occasion de se gausser comme le  moisi sur du bon pain!

Et coup de bol pour la boulangère, elle se serait avisée de singer ainsi le « trèsident » encore assis sur son trône de déconvenues, pas sûr qu’elle serait sortie sans plus de brisures, lui qui retire sa Rolex quand il sert la main au peuple ou qui le traite de « pauv con » !

Ah, quelle époque, ce « trézident », ce « trozident » ! Quelle argutie, quelle rouerie, quel naufrage spectaculaires ! Pourrais-je en parler à ma petite fille un jour, sans craindre de la voir en sourire un peu, ou bien en pleurer carrément, penchée sur le vertigineux abîme de nos comptes publics en rédemption?

Le switch du « trozident »

Aujourd’hui, de bilan, nenni ! Rien, du vent ! Les ors du Fouquet’s, les grands bateaux blancs, les voyages, le gros navion rien que pour lui tout seul, les déplacements à grands coups de protection rapprochée, de fric, de mise à l’écart de la valetaille piaillante, les mises en scènes partisanes et entendues, les serveurs de soupe playmobilisés, sa tête, à lui, ses nerfs, son assurance, son cynisme, ses intimidations, sa mauvaise foi, son inculture, ses agacements, ses amis, ses ministres, ses manœuvres, ses manipulations, sur les murs, les journaux, dans mon assiette ou mon bol, tous les soirs, tous les matins les midis, sur toutes les chaines, à toutes les heures, lui qui pleure aujourd’hui d’être leur mal-aimé, lui dont les amis mentors firent exclusivement place aux menteurs bonimenteurs chargés de répandre ses infusions de fausses vérités infatuées, lui qui aujourd’hui, « switch » , qui passe direct à la compassion : « mon pauvre peuple », mes pauvres « cons/citoyens », « n’est-ce pas dommage qu’on vous ait laissé ainsi, dans cet état, hors de l’état, hors d’état… sans boulot, sans soins, sans éducation, qui a bien pu ? » Alors que d’autres, jour après jour, emplissaient leurs escarcelles à l’aulne des cours de la bourse ou de ses petites attentions particulières en leur grandes faveurs !

Et les zuns, et les zautres, ont tracé dans le sillage, têtes baissées, avec toute la consomption, la soumission… les dents dehors, emplâtres parfaitement autistifiés carburant à l’agressivité, à la mauvaise foi, au mépris. La Sarkozie aura vécu, avec son lot d’avanies, de sarcasmes, de décomplexitude… Le terrain était prêt, on le savait. Quelques années à l’intérieur, ça permet l’alchimie, étude de dossiers, préparations diverses, d’aucuns pensaient poisons et antidotes ! De l’intérieur, on a un regard général et particulier, un « fisheye » ! On peut s’intéresser à vous, aux stratégies…

Celles-ci, encore et surtout aujourd’hui, mises en œuvre par les derniers rats du navire, dont un au moins penche vraiment du côté où il était déjà tombé, sont éloquentes de ce qu’il reste de croute à ronger dans les cales basses vides du rafiot à la dérive!

Dialectique !

Tous, sans exception, s’accrochent au discours de l’adversaire et mordent, mot à mot, demi phrase à demi phrase, dans le propos, des rongeurs aux abois, au statut strictement parasitaire, le « on ne lâche rien » au pied de la lettre, l’Elkabachisation du débat, impossible, un cryptage imbécile et nasillard. Cette pratique illustre en elle-même comment ces gens-là vous calculent, à qui ils vous réduisent, confisquant la capacité à se faire une idée, un brouillage comme seule issue à qui n’a rien à opposer, de sérieux, qui ne se soit pas déjà vautré ! Et l’incroyable toupet de vous faire croire en ce consternant volteface qu’il y a vingt et un gramme de sincérité dans ce qu’ils ne prétendent même plus, sauf les mensonges, ENORMES ! Mais la France a des acouphènes ou entend des voix, c’est selon ! Peut-être elle est con !

Soyez bons, soyez cons !

Et les cris d’orfraie poussés dans l’entonnoir de la discorde, cette fois en toute intelligibilité, sur tout ce qu’ils fabriquent dans leurs ratières pour agiter l’opinion, ma grand-mère disait « leur secouer le pal’tot », les bruits d’égouts !

Soyez bons, soyez cons ! Tapie lavé blanchi rincé exposé dédommagé! Ce n’est même pas le prix d’un ralliement, hein, et c’est bien dommage, car il a une sacrée inspiration celui-là, au service de la détermination en général, surtout lorsqu’il est de son intérêt particulier de faire partager ses « savoir flaire »… Du HASARD !

Soyez bons, soyez cons ! Un homme d’état africain en camping à Paris, ça n’a aucun lien avec les présomptions de versements illicites, comme ça n’a pas de lien avec un politique trouvé mort assassiné aujourd’hui en Autriche! HASARD !

Soyez bons, soyez cons ! Hallyday refiscalisé de 9 millions après avoir déjeuné avec F Hollande, « Depardiou » tête de gondole au meeting UMP, aidé dans des difficultés fiscales par le pouvoir, du HASARD!

Soyez bons, soyez cons ! La cohorte de justiciables  un HASARD monsieur, ou des non lieux! Mais justice est souveraine! DSK, fumeux fameux économiste priapique nommé au FMI par icelui, avec le battage, le tumulte qu’on en a fait, qu’on ressort, par le biais d’un Julien DRAY ex -collectionneur de breloques de valeurs, en proie avec la justice un jour… Que viennent-ils resurgir aujourd’hui ? Qui pourrait manigancer un tel bordel qui serait dans le camp de ceux du favori, qui annonce morale, humilité, cercles vertueux ? Y aurait-il encore cette fois une taupe en cambuse? Non, mesdames messieurs, pas d’instrumentalisation ! Le HASARD, c’est tout !

Voilà,  ça va faire du bien, dimanche soir, la fin des phrases lapidaires, du cynisme, du foutage de gueule, du pourrissement des choses, d’être roulés dans la farine…

Dimanche soir, la colère devrait passer un peu, ça craindra moins… Merci Francine !

robert robertson |
Le VP Marie-Victorin |
TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SYNAPCCA
| L'ECRIT D'HYMALET
| Original Pepos Style