Archive | février 2014

Stéphane De Groodt : un « show » lapin!

Je ne sais si vous le chassez déjà, et si vous ne le chassez pas, nul ne vous en voudra, Stéphane De Groodt n’est pas le doux léporidé qu’il donne à voir le Dimanche à Canal peluche où il s’élève alors que d’autres peaux plus flétries officiant ailleurs, elles, restent sur terre, comme dit mon urologue. Comme c’est un insaisissable chasseur de « prime », le chasser, ça risque de faire comme l’arroseur à rosser, mais à Anvers ! Autrement dit, chasseurs de têtes, c’est lui qui vous la prendra dans un de ses allers retours à tout donner à Dieu plutôt qu’à Dieudonné. (Adieu !)

De Groodt, surnommé « mythe des deux cavernes » ou « platonton » par de jaloux détracteurs, est un gibier de portance, une sorte de lapin crétin belge, donc pléonastique, gros niqueur à la télé, ce qui, à l’arrivée, ne dépare pas de son atavique et présupposée engeance. Une piste, non d’atterrissage, mais de sousterrissage puisqu’underground, mène à lui : Maïtena! Fallait avoir du pif sur le PAF pour dénicher (car il œuvre à plume plutôt qu’à poil) ce faux doux qui supplémente son supplément en roulant ses « comptant pour rien » dans la farine en séparant bien le groin de l’ivresse. Cela donne naissance à des voyages intersidérés qui ne mangent pas de pain, je dis cela pour les gens qui ont tendance à s’encrouter ou ne prennent pas la mie du bon côté.

J’ai par cool mail demandé la (paix à son âme) permission à l’animatrice de me rétrocéder, le mien étant cassé, le contact de cet orme singulier pluriel pour voir un peu plus loin devant moi. Mon but, essayer décrocher, en m’accrochant à ses branches, un boulot à la chaine comme nègre au black auprès de celui qui effraie la chronique avec tant de brio, le sus nommé. Cela a été un clavaire, je vous raconte pas, un parcours truffé d’embûches qui m’a pas fait ribolet et  des morilles le moral ! Comme à chaque fois qu’on s’agresse à Dieu plutôt qu’à ses seins,  la réponse fut sibylline  :

- « Vous ne le sachez sans doute même pas ou alors vous le sachez et rasade, MON Stéphane De Groodt n’est pas un imposteur pas plus qu’une personne de petite taille préposée à la Poste. C’est un trublion qui truble et manipule les turpitudes, et la phraséologie, pas si jolie au zoo mais si jolie ailleurs, et dont il se gausse sans sourciller des cils devant l’œil de mes caméras et j’y tiens ! MON De Groodt à moi n’est pas loin de parvenir là d’où il ne vient pas, au mec plus ultra de la littéradure. Il est à l’Absurderie ce que Hollande est à son antonyme contrée, pays des tuloupes,  consubstantiel !  L’un déroule au prompteur avec une componction scout ses itinéraires abscons,  l’outre est prompt à rouler en scoot dans des chemins de traverse à la con…. Et l’un et l’outre déballent et rient, crient leurs valeurs en catamini, et ça fait rire tout le monde, sauf elle ! Je ne clone pas mon clown !

Une faim de non-recevoir à couper l’appétit,  comme si l’orfèvre en la matière n’était pas comme tout un chacun susceptible de la panne d’oreillette au fond de son faux terrier de faux doux !  J’eus pourtant bien aimé devenir l’ombre de son ombre, l’ombre de son chien, un espagnol croisé bouvier des Flandres avec lequel je crois il ne vit pas dans la meilleure intelligence, allez savoir pourquoi ! On ne peut pas tout avoir non plus !

Alors, dépité, je suis allé prendre un coup au bar en bas de chez moi… J’suis tombé sur une vieille connaissance, un chaud lapin qui m’a glissé sur une savonnette à l’oreille :

- « Je ne saurai jamais si tu le sachais, mais tu as l’air déprité… Tu devrais prendre l’art, voyager ! Tiens, il y a une destination à la mode en ce moment, c’est l’Absurderie, un voyage pour ailleurs en première classe, à pas cher. Tu fais ta valise. Et surtout, tu n’oublies pas de prendre une bonne paire de groodt, ça grimpe ! »

Ah le con !

robert robertson |
Le VP Marie-Victorin |
TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SYNAPCCA
| L'ECRIT D'HYMALET
| Original Pepos Style