Archive | septembre 2016

Le vent du Boulay : Steevy entre en littérature!

Chers lequetrices et lequeteurs (non non, pas les queueteurs, ni les cutters [trop castrateurs] même pas les éléqueteurs !)

                Wouah ! Wouah ! Alors que nous étions à 3 sur la 5 hier soir, dont un chien qui n’en est pas revenu, juste encore dans le jus des frasques étasuniennes d’un prétendu prétendant à la magistrature suprême aussi guignolesque que cauchemardesque (c’est pour la rime riche) ! Dans le jus des jeux fripons des nord- coréens taquinant leurs voisins et néanmoins ennemis sudistes de leurs ogives nucléarisées du monde ! Dans celui des musculeux vidés du bulbe soviétiques qui rasent gratis à Alep ! Nous voilà, nous français, de France,  frappés, que dis-je, interdits, saisis d’une incroyable incrédulité, tétanisés à l’hyper réalité de notre télé, assenée à 19H32 exactement, nous voilà en pleine…. télé-irréalité, en plein scoop à la loupe!

                Nous  voilà esbaudis, nous voilà le couplet sifflé le sifflet coupé, nous voilà le verbe enlisé dans une improbable et absolue hébétude. L’info du siècle est tombée, comme le fil du mouton de la  guillotine tomberait sur la nuque encore chaude d’un prix Nobel condamné cependant à l’apprendre ! Nous voilà à entendre dans les cimetières des îles, les catacombes, dans les caveaux d’ombrageux mausolées, rouler les ossements de plumitifs endormis à jamais, stupidifiés !

                 Steevy Boulay, le canon quadra qu’est d’mèche avec Ruquier! Oui, le gars du loft, à la mâlitude un peu exaltée, au vocabiliaire fleuri sans fioriture,  aux manières légères pour les uns, assez ostentatoires pour les autres, de mauvaises langues qui insinueraient presque qu’il n’aurait eu qu’à transporter cette plume d’un endroit de son anatomine (bien taillée) à l’autre !  Et bien voilà, dîtes ! Le voilà ecri-vain le gaillard! Ouiiii écri-vain ! Il vient de tremper son pêne dans la poudre de l’encre pour la faire parler, de sa voix altière, un génie intérieur lui dictant de l’intérieur son inspiration !

                Loin, loin des sucettes et des gâteries dans les pinces-fesses médiatico-mondains egayés par son oralité précieuse, il vient d’écrire ! Un livre, avec des pages ! Une histoire, enfin pas encore un baise c’est l’heure, mais un olni vraisemblablement voué au… con court…  Goncourt…qu’on court….. Ah, j’sais plus, c’est trop d’émotion!

                Soyons foux, quelle altitude, et quel vertige nous saisit ! Moi qui croyais la planète à l’agonie ! Il fallait bien parler d’un évènement si retentissant, c’est le job du ch’veu, le devoir à ventre tout, pardon,  à vendre tout !

Boulay ! Romancier !  Ah la vache !

Merci aux chaines 5- 4- 3- 2- 1- Zéro, qui vont vendre cette imposture ! Ca crin !

robert robertson |
Le VP Marie-Victorin |
TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SYNAPCCA
| L'ECRIT D'HYMALET
| Original Pepos Style