Archive | janvier 2019

Gilets jaunes : le beurre, l’argent du beurre… et le crémier.

GJ

Les gilets jaunes, ceux qui s’insurgent de compter pour le beurre dont ils s’affublent de la teinte (l’atteinte), on ne sait plus trop justement la couleur de leurs revendications ?  Tout le monde s’y paume, sans doute un clin d’œil (au beurre noir) au serment du jeu du même nom, tant ils le veulent, le beurre, l’argent du beurre… et le crémier.

Pour tout dire, le ch’veu sent poindre depuis longtemps, derrière cette mayonnaise qui prend mal, plus de « remue-ménage » que de « remue-méninge » : les « déménageurs » musculeux aux visages cagoulés ne semblent pas, pour l’heure, avoir la moindre vision du réagencement de la baraque (qu’ils nous cassent de samedis en samedis) après l’issue qu’ils convoitent, qu’ils soient rouges sang ou bleu ecchymose : le « vide maison », on « rase » gratis !

Faut dire, Macron, si roué et visionnaire, n’avait imaginé en rien, après qu’il ait émietté les droite/gauche conventionnels, que l’arroseur de gilets jaunes qu’il est aujourd’hui pourrait bien se trouver demain lui-même « canonisé » à haute pression par les « gueux ».  Sa conque, son écrin prétentieux, l’édifice de sa haute pensée, LFEM, n’est aujourd’hui qu’un crabe à la carapace molle dont la ruée vers l’océan du pognon se voit contrariée par des escadrilles de « corps-mourants » « jaune furie » et morts de faim (de fin).

Je sais pas vous, mais pour le ch’veu, c’est clair : une fois dégagé à son tour, il resterait aujourd’hui dans la place le front bas de Marine et les sourcils grincheux de Méluche pour instaurer sur le tas de cendres une nouvelle quoi ? Démocratie ? Nan, c’est pas vrai, une nouvelle dé-mo-cra-tie ! J’entends Brel : « chez ces gens-là M’sieur… » on vote pas m’sieur, on (ne) votera plus !

L’un s’écrie  « la République c’est moi » en crachant plus ou moins sur ses amis et en s’auto multipliant à coups d’hologrammes à l’instar (star) d’un autre « martyre » des foules multipliant ses pains, l’autre, on connait sa chanson par cœur. Ils sont tous deux ennemis de la presse et pourvoyeurs de haine. Alors, la DE-MO-CRA-TIE ! Bon, c’est vrai, la presse, fait aussi son lard des événements et de la violence. Mais enfin, elle montre et informe… Et pourtant on voit les journalistes se faire insulter, frapper, interpeller ! Je sais pas vous, mais c’est quoi les pays où on opprime et bâillonne les organes de presse ? Des havres de paix ?

Mais allons plus loin : la colère, on la comprend bien, elle est légitime au regard du gouffre qui sépare notre misère et l’obscène tas de fric sur lequel dort une minorité de nantis affameurs et pollueurs.  Mais, il devient de plus en plus évident que la lie bouillonnant aujourd’hui au fond du tonneau de revendications de plus en plus azimutées est hautement toxique pour notre pays. Les violences, exercées indirectement sur les plus faibles encore, et potentiellement télécommandées de l’extérieur, pourraient à terme participer à ce que certaines puissances visent en se défendant vertueusement du contraire : le démantèlement de l’Europe en portant au pouvoir les « amitiés inavouées» pour les y aider. Il est un bouton que certains convoitent pour mettre la main sur nos merveilleux pays. Une fleur pas « jaune gilet », pas genre bouton d’or ! Un bon gros bouton rouge qui, seul pour l’instant, peut les retenir de nous envahir. Finalement, les « déménageurs », après avoir donné les clés, seraient, comme nous, obligés de « déménager ». On pourrait toujours chercher un lieu d’exil, avec nos ballots sur le dos, le long des routes, des migrants superbement revêtus de nos gilets jaunes exténués pour éviter de se faire écrabouiller par les blindés ! Sortez couverts !

Ça crin !

A la marge : parution de « Madame Boule d’ogre » par Vittorio NOX aux Editions MAIA. A decouvrir d’urgence !

9782379160868_C 1ERE COUV 9782379160868_C 4EME COUV

robert robertson |
Le VP Marie-Victorin |
TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SYNAPCCA
| L'ECRIT D'HYMALET
| Original Pepos Style