Archive | les coups de coeur du ch’veu Flux RSS de cette section

« Madame Boule d’ogre » de Vittorio Nox : un nouvel article !

 

 

faux article« Madame Boule d’ogre » : nous sommes dans un futur très proche. Le pays où se situe l’histoire vient de tomber sous le joug des « Ultras », organisation politique totalitaire. Les administrations se sont vues nanties de cohortes de « contrôleurs » vendus au pouvoir, des petits chefs aux dents très longues.

Si la toile de fond de ce polar est originale, voire surprenante (le milieu éducatif), dans un contexte proche des ambiances à «La servante écarlate – The Handmaid’s Tale -» (distopie diffusée sur OCS max), l’intrigue dérape pour prendre de sombres accents, dramatiques et inattendus. Au départ, une double rivalité : Margote Norse, une cheffe tyrannique et son grand patron, Valmont de la Tavelière, parfait illuminé dont la vie cache un terrible secret.

La seconde, oppose la même Margote Norse à un de ses subalternes, Phileas Dabaldan, un chevalier blanc dont elle exècre l’idéalisme et l’humanité.

Le lecteur voit lentement se dessiner le piège dans lequel ce dernier va tomber, victime des plus perfides machinations des deux autres.

- « Mon héros, déclare Vittorio Nox, a cru comprendre qu’il peut tout s’autoriser, sur le papier. Ainsi se laisse-t-il aller à l’infâme, infâme qu’il prête lui-même à son personnage… C’est l’idée de l’écho, du livre dans le livre, d’autant que son inspiration glauque, alors qu’il est tout le contraire d’un monstre, lui vient des mots mêmes de la victime, qui cherche à l’anéantir psychologiquement. L’enfer, pour lui, c’est quand le vrai meurtrier s’empare de son texte et le met en scène dans la réalité. D’un fantasme de vengeance conçut presque comme un jeu pour s’exorciser d’une maltraitance sadique, on passe à l’horreur absolue qui fait de lui non seulement le coupable désigné, mais aussi le monstre qu’il n’est pas. »

A la marge, l’auteur ne cache pas quelques accointances dans le milieu. L’organigramme de cette « Education Nationale rénovée » s’inspire clairement de celui de l’actuelle institution. Pour autant, il tient à rappeler le caractère purement fictionnel de son récit : – « qu’on n’aille pas s’imaginer le monde enseignant à l’image de ce qui est décrit là, dans le contexte volontairement délétère d’une tyrannie qui s’installe au pouvoir. Mais gare aux petits privilèges dont beaucoup abusent jusqu’à la brutalité, gare si la société ne reste pas vigilante à ses valeurs fondamentales ! »

Les personnages, hauts en verbe et en couleurs, qui peuplent ce polar, sont en effet pour certains terrifiants, mais jusqu’au ridicule, jusqu’à perdre la face. Quand d’autres heureusement y jouent un rôle empreint d’humour, d’humanité et de poésie, puisque là est l’enjeu de fond !

Cet opus est à lire avec gourmandise, même si la mise en bouche pourrait paraître un peu longue, voire technique. Mais cette visite guidée dans les entrailles d’une institution dévorée par une aussi funeste idéologie a la vertu de donner à l’histoire son fond de dépaysement, de préparer le lecteur au climax, une inexorable descente aux enfers. A travers le harcèlement, la traîtrise, l’ostracisme, Nox dénonce un avenir terrifiant qui peut nous attendre et nous atteindre. Il interroge sur notre propre avenir.

L’écriture, très personnelle dans sa rythmique, se joue des registres. Les références culturelles fourmillent, le suspense est haletant…

L’enfance et l’école, décrites au-delà du petit bout de la lorgnette, sont omni présentes et comme finalement sacralisées.

Patrick AGOSTINI et « Cumulo » dans la presse régionale

Cumulonimbus est un livret que nous avions réalisé il y a quelques vingt ans en noir et blanc avec Valérie LEGRAND et les Editions « Points de suspension ».

Or, des croquis couleurs existaient, abandonnés en cours de route par PDS. Alors, de là à imaginer refaire ce livre avec les moyens d’aujourd’hui et surtout les magnifiques dessins de Valérie, il n’y eut qu’un petit pas à franchir.

Les droits vont en totalité à la ressource pédagogique d’une petit école du Congo, « La bulle. »

_20181018_195806 ouest france

>en vente sur AMAZON, https://www.amazon.fr/dp/1983171212

ou tapez dans le moteur de recherche : Patrick AGOSTINI Cumulonimbus ou le pépin de Papi, version couleur (converture bleu vert)

Sublimer le sublime….. Shaka ponk

 

 

http://mytaratata.com/taratata/519/shaka-ponk-camille-et-julie-berthollet-smells-like-teen-spirit-nirvana

1234

robert robertson |
Le VP Marie-Victorin |
TISSIRA-ALGER POUR LA COMMU... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | SYNAPCCA
| L'ECRIT D'HYMALET
| Original Pepos Style